Alsace 2030 : préparer l’Alsace de demain

publié le 25 avril 2014

Interview de François Mengin-Lecreulx, Adjoint au Directeur Général des Services de la Région Alsace

Pourquoi avoir lancé une démarche prospective sur votre territoire ?

Suite à l’échec au référendum du projet de fusion des départements du Bas-Rhin et du Haut-Rhin, en avril 2013, le Président de la Région Alsace a souhaité réactiver une dynamique institutionnelle fédératrice des partenaires publics et privés, à partir d’un projet.

L’objectif était de faire émerger des idées neuves, et partagées, entre les partenaires en matière de politique publique pour préparer l’Alsace de demain, autour de trois principaux enjeux. Le premier est un enjeu de compétitivité au sein de l’espace rhénan et à l’international : il s’agit par exemple de préserver un appareil industriel en Alsace, notamment par l’innovation. Le deuxième enjeu porte sur la préservation de l’environnement, d’autant plus important pour un territoire qui cultive l’image du bien-vivre. La question des transports est ici prégnante du fait de l’importante dynamique de flux de déplacements à intégrer dans une démarche de développement durable. Le troisième enjeu concerne l’identité alsacienne et la préservation de son patrimoine, qui constituent un facteur d’attractivité important du le territoire et qui doivent perdurer sur le long terme.

Comment la démarche a-t-elle été menée ? Quels acteurs ont été associés ?

Des représentants de l’État, de l’ensemble des collectivités locales, du monde associatif, de la société civile, des chambres consulaires et des acteurs économiques ont été réunis en ateliers autour de différentes thématiques, telles que la compétitivité et l’attractivité du territoire, l’emploi, la mobilité durable, la préservation de la biodiversité ou encore l’identité alsacienne et le tourisme.

Pour chacune des thématiques, un diagnostic du territoire a été réalisé. Les ateliers ont été également l’occasion d’exprimer la diversité des visions de l’Alsace de demain. Sur cette base, les travaux en ateliers se poursuivent maintenant pour élaborer des orientations souhaitées, et partagées, pour le territoire. Pour ce faire, la méthode consiste à construire un « scénario-martyr », pour en débattre ensuite.

Quel usage des résultats est-il prévu, en lien avec l’action publique, notamment pour le secteur des transports ?

L’objectif est d’élaborer un « livre blanc », un outil commun aux différents acteurs politiques du territoire définissant des orientations communes, que chacun pourra s’approprier au moment de définir son propre programme.

En particulier, le scénario de prospective qui résultera de la démarche va alimenter différents documents de planification, tels que le Schéma Régional de Développement Économique (SRDE) ou le Schéma Régional d’Aménagement du Territoire (SRAT).

Le scénario alimentera également le Schéma des Mobilités Durables. A ce sujet, les problématiques vont dorénavant traiter de l’usage de la mobilité plutôt que de la réalisation de nouvelles infrastructures de transport - exceptés les projets de contournement ouest de Strasbourg et de TGV Rhin-Rhône. Il s’agira en particulier d’améliorer l’intermodalité et la complémentarité des différents modes existants.