Conférence - Débat "Vers une marche plaisir en ville"

publié le 15 novembre 2013 (modifié le 2 octobre 2014)

Conférence - Débat "Vers une marche plaisir en ville - Boîte à outils pour augmenter le bonheur de marcher"

Présentation de l’ouvrage par Sonia Lavadinho

31 janvier 2013 - Salle de conférence du Certu

Partout dans le monde, la marche urbaine connaît un véritable renouveau. Efficiente en termes de partage de l’espace public et de santé publique, elle contribue à diminuer nos émissions de gaz à effet de serre. Mais au-delà, c’est bien au plaisir de marcher que nous invite Sonia Lavadinho !

Sa conférence du 31 janvier 2013 fait suite à la publication par le Certu de l’ouvrage qu’elle a co-écrit avec Yves Winkin, "Vers une marche plaisir en ville - Boîte à outils pour augmenter le bonheur de marcher".

Vers_une_marche_plaisir_en_ville IMG/flv/Vers_une_marche_plaisir_en_ville_cle7a467d.flv


Cliquer sur l’image pour lancer la vidéo

Résumé :

Le XXIe siècle connaît un véritable renouveau de la marche urbaine. Partout dans le monde, à des rythmes différenciés, la question de la marche revient, véritable lame de fond sociétale, sur le front des politiques urbaines. Derrière la remise en question de nos mobilités, pointent les interrogations liées à la cohésion sociale, la santé et le bien-être, la durabilité, bref, l’urbanité au sens plein du terme : comment cohabiter, comment partager l’espace, comment synchroniser nos activités, comment faire in fine pour vivre ensemble ? Ce livre, abondamment illustré d’exemples en Europe et à l’étranger, vous invite, élu, technicien, concepteur… à porter un autre regard sur votre ville, ses rues, ses places, ses parcs, son réseau de transports, ses interfaces. Est-ce une ville hospitalière pour la marche ? Comment offrir les meilleures conditions pour qu’elle puisse le devenir ? Puisez votre inspiration dans cette boîte à outils. Volontairement, elle se veut un bric-à-brac de toutes sortes de matériaux, parfois grands, parfois petits, parfois étranges, parfois amusants, voire loufoques, souvent inattendus, où chacun trouvera, c’est le cas de le dire, chaussure à son pied. Car toutes les villes sont différentes, et les situations de marche y sont aussi singulières que les marcheurs. Il ne s’agit donc pas de copier telle ou telle démarche, mais de l’adapter au contexte pour que l’interprétation qui en résulte soit vivante et évolue organiquement avec la cité. La condition première de marchabilité que toute ville doit viser est simplement celle de donner envie… Quant à marcher, cela vient finalement tout naturellement aux bipèdes que nous sommes !