Conférence Habitat III : le Cerema s’engage pour le Nouvel Agenda Urbain

publié le 15 décembre 2016

La troisième Conférence des Nations unies sur le logement et le développement urbain
Habitat III
, organisée sous l’égide de l’ONU, s’est déroulée à Quito, en Équateur, du 17 au 20 octobre 2016.


Fiesta de la Luz à Quito, en partenariat avec la ville de Lyon
Après les conférences Habitat I à Vancouver en 1976 et Habitat II à Istanbul en 1996, le Nouvel Agenda urbain, adopté à l’issue de la conférence par 197 États, définit les lignes directrices en matière d’habitat et de développement urbain pour les 20 prochaines années. Ce Nouveau programme pour les villes se veut participatif, axé sur l’humain et tenant compte de la diversité des réalités, des capacités et des niveaux de développement des États.

La Déclaration de Quito résume ces engagements autour d’un constat partagé, d’une vision commune et d’un appel à l’action.

  • Les engagements en faveur d’un développement urbain durable portent l’inclusion sociale et l’élimination de la pauvreté, la prospérité et les perspectives pour tous, le développement urbain écologiquement viable et résilient.
  • L’effectivité de la mise en œuvre porte sur la mise en place d’un cadre d’appui à la structure de gouvernance urbaine, la planification et la gestion du développement urbain spatial, les moyens mis en œuvre.
  • Enfin, le Nouvel Agenda Urbain prévoir un suivi et une évaluation volontaires ouverts et inclusifs, à plusieurs niveaux.

Cet événement a rassemblé 30 000 participants et a donné lieu à plus de 1 000 événements.

La délégation française, menée par la ministre Emmanuelle Cosse et rassemblée autour du Partenariat Français pour la Ville et les Territoires, a rassemblé plus de 180 professionnels.

La résilience des villes au cœur des débats et du Nouvel Agenda Urbain

Resilient CitiesLa résilience des villes est un des objectifs majeurs du Nouvel Agenda Urbain, en lien direct avec le développement urbain durable.

La résilience y est abordée comme un objectif général des villes et établissements humains, et de façon plus thématique : catastrophes, changement climatique, conflits, logement, transition énergétique, économie, financement des villes, gestion des ressources, écosystèmes, infrastructures et planification, anticipation et prospective, mobilité, coopération, et enfin populations.

Ce Nouvel Agenda intègre les trois grandes priorités portées par la France :

  • la lutte contre la pauvreté et l’exclusion urbaine, pour faire du droit à un logement convenable le moteur de toute politique urbaine ;
  • la transition écologique et énergétique, pour protéger les ressources naturelles des territoires ;
  • la promotion d’un urbanisme démocratique et citoyen, qui fabrique la ville pour et avec ses habitants.

Cerema Habitat III

Des experts du Cerema à la conférence internationale Habitat III

Une délégation du Cerema, menée par Christian Curé, directeur du Cerema Territoires et ville, était présente à cette conférence. Nos experts ont organisé, avec le soutien du ministère de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer, plusieurs événements sur la résilience et la participation des habitants, ainsi que sur les apports de l’imagerie satellitaire pour l’aménagement urbain. Ils ont également participé à plusieurs ateliers.

Your resilient city : feuillage d'enjeux et de leviersUn atelier participatif, animé par Clara Villar, directrice d’études résilience et crise au Cerema, s’est déroulé sur le Pavillon France le 18 octobre, sur la thématique des villes résilientes. Il a réuni une vingtaine de participants de différentes nationalités pour construire collectivement le feuillage d’une ville résiliente, faisant émerger une vision collective de la résilience urbaine et les leviers pour y parvenir. Cette démarche participative a permis de valoriser la pluralité d’approches, de cultures, d’expériences et de sensibilités. Cet atelier a bénéficié de l’appui de l’AFD, du Comité 21 et d’Urbanistes sans frontières.

Géraldine Bur et Didier Treinsoutrot - Cerema Sud-OuestUn second atelier, organisé par Didier Treinsoutrot, directeur de la délégation de Toulouse au Cerema et par ses collaborateurs Géraldine Bur et Dominique Hébrard en collaboration avec le CNES et Airbus, s’est déroulé le 19 octobre sur le Pavillon français. Il a porté sur l’intérêt de l’imagerie satellitaire de très haute résolution pour décider des politiques d’aménagement urbain. L’imagerie satellitaire en tri-stéréo (3 dimensions, à partir des satellites français Pléiades) permet en effet de cartographier les îlots de chaleur, mais aussi de produire des indicateurs d’occupation du sol, avec pour ambition de lutter contre l‘étalement urbain, ou pour accompagner des projets de territoire destinés à en améliorer les capacités de résilience.

Un side event, organisé le 20 octobre par Clara Villar, a approfondi la façon dont les villes peuvent s’engager dans un processus de résilience, en ciblant sur la place et la participation des populations dans ces démarches pour des villes plus inclusives, suivant deux questions :

  • Comment associer et impliquer les habitants dans des démarches de résilience de leur ville pour répondre à différents types de crises (catastrophes, crises économiques et sociales) ?
  • Comment construire des liens entre les méthodes et outils utilisés par les autorités, et les attentes des populations ?

Cet atelier a donné la parole aux acteurs suivants (de gauche à droite sur la photo ci-dessous) :

  • Christian Curé, directeur du Cerema Territoires et ville
  • Enrique Peramas, maire du district de Rimac (Pérou)
  • Clara Villar, directrice d’études au Cerema, organisatrice et animatrice de l’événement
  • Catherine Decaux, directrice générale du Comité 21
  • Michel Schlaifer, responsable du programme de coopération France-CEPALC sur le climat et le développement durable
  • Diego Enríquez, coordinateur Climat de la métropole de Quito
  • Didier Treinsoutrot, directeur de la délégation de Toulouse du Cerema Sud Ouest

Christian Curé, Enrique Peramas, Clara Villar, Catherine Decaux, Michel Schlaifer, Diego Enríquez, Didier Treinsoutrot

Pourquoi impliquer les habitants dans les décisions publiques ?
Les intérêts sont multiples, par exemple pour :

  • décider dans l’intérêt général et enrichir les projets,
  • améliorer le bien-être de la population,
  • assurer un dialogue entre les attentes sociales et les projets,
  • restaurer des relations de confiance entre les autorités et les habitants,
  • améliorer les capacités d’action et développer la créativité,
  • créer une force d’entraînement.

Plusieurs facteurs de réussite ont été mis en évidence lors des discussions :

  • assurer un soutien politique pour impliquer les habitats et leur faire une place dans la prise de décisions publiques,
  • combiner des processus remontants et descendants afin de s’assurer de rencontrer les attentes de la population,
  • imaginer des outils adaptés et complémentaires pour créer de l’intelligence collective,
  • mener les démarches de façon collaborative jusqu’au bout : consultation, co-construction, choix des projets et des budgets, réalisation conjointe,
  • adapter les cadres réglementaires pour laisser leur place aux propositions innovantes et créatives qui sortent des cases
  • prendre du temps pour mettre en place ces habitudes de travail et ces processus, inscrire les actions dans la durée.

Des événements partenaires

Nos experts sont intervenus dans des événements officiels :

  • Reference Framework, Standardization, Labeling : Incentives Tools for Sustainable Urban Development. Operational examples. Organisé par la Direction de l’habitat, de l’urbanisme et des paysages du Ministère du logement et de l’habitat durable, cet événement a réuni une centaine de participants et a donné la parole à différents acteurs urbains, notamment le président de la FNAU et Lyon Métropole. L’intervention de Christian Curé a permis de valoriser les travaux du Cerema sur :
    • le RFSC, cadre de référence pour les villes durables européennes, en partenariat avec le CCRE (Conseil des Communes et Régions d’Europe) avec le témoignage d’Uméa, ville suédoise ambassadrice du RFSC,
    • le cadre d’évaluation des écoquartiers,
    • les travaux de normalisation que le Cerema pilote au niveau international.
  • Mobilize your city, organisé par la Codatu, dans lequel Franck Charmaison, directeur délégué à l’international du Cerema, a mis en valeur l’expertise de notre établissement sur la thématique de la mobilité.

Nos experts ont également participé à plusieurs ateliers du Pavillon France :

  • Ville résiliente et adaptation au changement climatique, organisé par Urbanistes sans Frontières
  • La coopération multi-acteurs au service de la résilience des villes face au changement climatique : l’exemple des villes côtières face aux risques liés à l’eau, organisé par le Comité 21
  • Mobilize your city (Codatu).

Christian Curé intervient sur le thème de la résilience des territoires littoraux Franck Charmaison, directeur délégué aux relations internationales, présente Mobilise your City

Le Cerema est activement engagé dans la mise en œuvre de ce Nouvel Agenda Urbain.

Un tel événement nous permet d’affirmer nos points forts, dans le cadre de notre projet stratégique, et de nouer ou conforter des partenariats à tous niveaux, français, européen et international. Il est stratégique pour notre établissement d’être connu et reconnu dans ces conférences de très haut niveau.