Le chiffre du mois : 8,1 milliards d’euros

publié le 24 février 2016

C’est le montant total du financement des transports collectifs urbains en 2014, hors Île-de-France, en baisse de 4,7 % par rapport à 2013.

Transflash Février 2016 (n°403)

Le versement transport reste le principal mode de financement des transports collectifs urbains avec 47 % du montant global, suivi par la contribution des collectivités (28 %), les recettes commerciales (16 %), l’emprunt (6 %) et les aides de l’État (3 %).

Les élections municipales expliquent certes pour partie la baisse observée, mais c’est aussi dans la chute globale des sources de financement, amorcée en 2013, qu’on trouve les causes profondes de cette évolution.

Exploitation Cerema de l’enquête annuelle sur les transports collectifs urbains de province (DGITM-CEREMA-GART-UTP) sur la base de 195 réseaux.

On note ainsi que les financements de l’État et des collectivités sont respectivement en baisse de 23 % et de 3,6 %. La baisse de la participation de l’État s’explique notamment par la baisse de la dotation globale de décentralisation tandis que pour les collectivités, c’est avant tout une difficulté à financer l’investissement qui prévaut.

A contrario, les montants du versement transport et des recettes commerciales sont toujours en hausse, respectivement 2,6 % et 1,1 %.

La tendance à la baisse devrait se poursuivre en 2015, principalement à cause du contexte économique et de la baisse de la participation de l’État.

Contact Cerema : Florian.Vanco@Cerema.fr


Télécharger Transflash n°403 - Février 2016 (format pdf - 3.3 Mo - 24/02/2016)