Les Pays de la Loire développent leurs circuits cyclables

publié le 28 septembre 2015

Transflash Septembre 2015 (n°400)

"Le tourisme à vélo séduit de plus en plus les Français"

Les Pays de la Loire font la part belle au vélo en offrant aux nouveaux "vélotouristes" un maillage de véloroutes et de voies vertes constituant une importante variété de circuits cyclables longs ou courts interconnectés entre eux.

En plus des cinq itinéraires nationaux proposés, deux EuroVéloroutes d’exception traversent la région. "La Loire à vélo" s’intègre ainsi dans l’EuroVélo 6, reliant Bâle à l’estuaire de la Loire à St-Brévin-les-Pins et "La Vélodyssée®" dans l’EuroVélo 1, reliant Roscoff à Hendaye, le long du canal de Nantes à Brest puis le long de la côte Atlantique.

La Vélodyssée - Canal de Nantes (© La Vélodyssée, J. Damase)

Très prisé des étrangers, le tourisme à vélo séduit maintenant aussi les Français, qui adoptent peu à peu cette manière itinérante et douce de voyager pendant les vacances. La pratique du vélo sur les grands axes cyclables de France a en effet progressé de 12 % en moyenne entre 2013 et 2014, selon les chiffres de l’association "Départements & Régions cyclables".

L’étude menée par l’association "Départements & Régions cyclables" permet également de relever une saisonnalité plus marquée en péri- urbain et en milieu rural qu’en milieu urbain. Elle révèle enfin des pratiques différenciées en fonction de l’environnement : les milieux péri- urbain et rural sont plutôt caractérisés par un usage de loisirs ou de tourisme tandis qu’en milieu urbain l’usage domicile - travail prédomine.

Le tourisme à vélo permet aux collectivités de développer une offre de tourisme tout au long de l’année, ce qui est un de leurs principaux objectifs. Avec des touristes à vélo qui dépensent en moyenne 70 € par jour et par personne (c’est - à - dire plus que les autres touristes), les retombées économiques du tourisme à vélo représentent 2 milliards d’euros au plan national. On observe que plus les parcours sont aménagés et sécurisés, plus la pratique se développe, d’où l’intérêt de continuer à investir dans le développement de grands itinéraires cyclables.

Enfin, grâce aux aménagements cyclables, les collectivités valorisent non seulement leurs territoires mais elles offrent également un mode de déplacement alternatif aux populations locales qui peuvent redécouvrir leur territoire d’une façon agréable et éco - responsable.

Télécharger Transflash n°400 - Septembre 2015 (format pdf - 2.5 Mo - 25/09/2015)