Zoom sur… La fête de la musique toute l’année dans les transports ?

publié le 19 juin 2015

Manque de savoir ­ vivre ou facteur d’attractivité : un équilibre complexe !
Transflash Juin 2015 (n°398)

Manque de savoir ­ vivre ou facteur d’attractivité : un équilibre complexe !

© RATP

Les blogs d’usagers des transports regorgent de plaintes concernant les musiques trop fortes écoutées ou jouées par d’autres passagers.

Créé en 2012 par la RATP, l’Observatoire des incivilités dans les transports en commun montre que le bruit des autres (conversation au téléphone, musique…) est particulièrement mal accepté.

Mais la musique dans les transports en commun n’est pas toujours synonyme de bruit dérangeant. La musique des transports est un art à part entière.

Affiche de la RATP pour le casting "Les musiciens du métro"

À partir de 1989, la RATP, de concert avec une association de musiciens de rue et du métro, autorise une centaine d’artistes à se produire dans le métro. Devant l’afflux de musiciens, la RATP crée en 1997 une structure idoine, l’Espace métro accords (EMA). Ainsi, l’EMA sélectionne des artistes, semi - professionnels pour la plupart, voire professionnels, qui recherchent avant tout un espace de représentation pour rôder leur répertoire. Depuis sa création, l’EMA a reçu plus de 10 000 candidatures, organisé plus de 4 000 auditions et accrédité plus de 3 000 artistes dans le métro ! (Source : ratp.fr)

Signature sonore : nouvelle identité des transports

Et quand ce ne sont pas les passagers ou les artistes, autorisés ou non, qui s’expriment, c’est le transport en commun lui - même qui fait entendre sa petite musique. La signature sonore (jingles, voix) qui accompagne ou conseille les voyageurs dans les bus, les tramways, les métros, les arrêts et les stations est en effet devenue un élément marquant de l’identité des réseaux de transport public, au même titre que leur nom ou leur logo. Ces réseaux ont ainsi su faire de l’obligation législative d’accessibilité un atout. C’est en effet l’arrêté du 3 mai 2007 qui a rendu obligatoires les informations sonores pour annoncer les arrêts des transports collectifs (annexe ajoutée à l’arrêté du 2 juillet 1982 "Règles d’exploitation des véhicules accessibles aux personnes handicapés ou à mobilité réduite"). Il n’est pas si courant que la loi encourage la créativité. On s’en fera une idée en prêtant l’oreille à quelques réalisations récentes :

  • Pour écouter l’identité sonore de la Régie des Transports de Marseille : RTM.
  • L’alexandrin parisien : « Attention à la marche en descendant du train », une interview de Song Phanekham, responsable de l’Identité sonore et visuelle de la RATP.
  • L’identité sonore du tramway de Tours a été crée par Louis Dandrel, journaliste, musicien et designer sonore. Il est membre du collectif « Ensemble(s), la ligne » crée par RCP Design Global pour le projet du tramway de Tours. Alexandre Gilet, concepteur - designer de l’agence tourangelle explique : « Le parcours est décomposé en cinq séquences distinctes du nord au sud. Dans le but de créer des points de repères pour le voyageur au fil du parcours, une signature musicale s’ajoute à l’annonce du nom de station pour caractériser chaque entrée de séquence. La station Palais des sports en est un exemple. » Pour écouter les annonces aux différentes stations.

Il arrive aussi parfois que ce soit les transports qui inspirent les artistes par exemple "Dans les transports" de Thomas Fersen.

Télécharger Transflash n°398 - Juin 2015 (format pdf - 5.4 Mo - 02/07/2015)